vendredi 21 février 2014

Isla de las Muñecas - Xochimilco (Mexique)

Les îles paradisiaques gorgées de palmiers en fleurs et d’amoureux transis prêts à vivre d’eau de coco fraîche et de caresses vous ennuient ? Vous ne serez pas déçus par la découverte qui suit. À quelques kilomètres de Mexico, dans la pleine région marécageuse de Xochimilco, une petite île perdue au milieu d’un vaste réseau de canaux est devenue l’une des plus étranges attraction touristique d'Amérique. Bienvenue sur la Isla de las Muñecas. 

Avec ses jardins flottants, ses serres verdoyantes et ses canaux colorés, Xochimilco, vaste zone lacustre mitoyenne de l'immense métropole de Mexico, est un havre de paix pour le visiteur de l'assourdissante capitale. Le site, inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco en 1987 et dont le nom signifie "jardin des fleurs" en Nihuati, séduit chaque année les touristes qui succombent (Rhum et Margharita aidant) à son charme féérique.

 

Principale attraction du site : les balades en "Trajineras". 
À l'embarcadère, négociez avec les bateleurs le prix et les étapes de votre traversée. Puis une fois le périple entamé, ne dérogez pas à la règle et remplissez votre barque de produits traditionnels. Les commerces flottants viennent à vous, chargés de maïs, de boissons, de chapeaux et même de Mariachis. Une fois ravitaillés, installez-vous confortablement et préparez-vous à voguer vers l'inconnu.


À cet instant il est encore impossible au voyageur non averti de se douter de ce qui l'attend. Car à quelques kilomètres de ce havre fleuri se trouve une île sombre et fantomatique que nous sommes justement prêts à visiter.


It's a small, small world 

Il y a une cinquantaine d'années, Don Julian Santana Barrera quitte famille et amis pour trouver refuge dans les marécages de Xochimilco. Mais arrivé sur place l'homme est frappé par un terrible drame : le décès d'une petite fille, morte noyée dans le canal. Le fait divers commence alors à hanter Don Julian qui pour apaiser l'esprit tourmenté de la défunte, a soudain une petite idée : collecter un grand nombre de poupées et en décorer - avec goût - son île. 



Il est vrai qu'à peine débarqué, une vraie sensation d'apaisement se fait sentir.


N'ayant pas de stock de poupons Corolle à disposition, Don Julian inventa un système de troc tout à fait inédit. Installé sur un lopin de terre, il se mit à cultiver des fruits et légumes avant de les échanger avec les habitants des zones voisines contre des poupées (une botte de carotte = une Barbie démembrée). Voilà comment notre ermite fit de son île un étrange et macabre mausolée et non une jolie attraction Disney.



Pourtant loin d'être horrifié par son étrange installation, Don Julian se disait apaisé par la présence de ces petits jouets protecteurs, chasseurs de mauvais esprits.


Chucky 

Au fil du temps, les poupées se multipliant ont envahi les arbres,  clôtures et murs des cabanes jusqu'à recouvrir la quasi totalité de l'île. L'homme occupé à amasser ses trésors pendant plus de dix ans n'a jamais souhaité les entretenir ni les réparer. Le vent, les intempéries et le soleil prirent ainsi tranquillement possession des jouets.



En 2001, la dépouille de l'étrange collectionneur a été retrouvée dans le canal bordant l'île. Dernières occupantes des lieux, les poupées continuent lentement à se dégrader et certains soirs, à la merci du vent, elles se balancent pour entamer une étrange chorégraphie.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire